Magic est toujours prêt à faire le spectacle, 5 @MagicJohnson,

Face A, Face B

.:.

Au cours de sa saison MVP on avait demandé à Magic de marquer plis de points pour son équipe, montrant sa versatilité il répondit en élevant le niveau de son jeu, ce qui fit craindre le pire au reste de la NBA, quand Earvin a eu le feu vert pour diriger le jeu offensif, les équipes adverses ont dû changer leurs plans de jeu, ainsi équipés de la véritable Arme fatale d’Hollywood, les Lakers devinrent l’équipe la plus redoutée du pays.
Bien qu’il ait plutôt joué en solo en 1987, il pouvait encore orchester le spectacle à la perfection, Magic, c’est le spectacle; Ca a de la classe, du style, s’il jouait dans le Cosby Show je le regarderais, il a amené le spectacle avec lui, quand il part, le show est fini.
L’année 1987 avait connu de nombreux changements mais la fin fut classique, Converse a fait des chaussures Bird pour le dernier MVP, mais il a fait des chaussures Magic pour le nouveau MVP, d’accord Magic Montre moi ca.
Boston, c’est léquipe la plus stimulante, tant que Larry est d’un côte et moi de l’autre, ca sera comme ca, on s’est souvent battus, amis on se respecte, car on est là pour gagner tous les soirs, on s’oblige mutuellement `sortir notre meilleur jeu , c’est l’aspect le plus important de cette rivalité, Bird Johnson, Envoyez ce ballon en l’air; dès le début des finales 1987, il fut clair que le spectacle continuait au Forum, et Boston était au premier rang, Bird tenta de maintenir les Celtics dans la course, mais Magic refusa de céder et les Lakers gagn`rent les deux premiers matches, on chnagea à nouveau de lieu mais le duel continua; Il y a toujours quelqu’un que l’ol veut vattre, à qui l’on veut se mesurer, pour moi, c’esy Larry Bird.
Perdant le troisème match, les LAkers durent lutter d’arrache pied pour dominer les finales, au quatri`me match, les deux légends vivantes s’engagèrent dans défi historique, quand ca chauffe peu de joueurs veulent le ballon, mais lui en redemande, aux dernières secondes du match, Johnson se trouva en possession du ballon, ayant ainsi l’ocassion de mettre un terme à la plus grande rivalité de la décennie, Magic sur la gauche, il ne tire pas, 5 secondes à jouer, il passe au centre, un tir en crochet.
Magic est le jouer le plus doué que je connaisse, incroyable, je ne sais que dire, concluant les finales en six matches, Magic allait encore connaître le bonheur de la victoire, grâce à un tir mémorable, il avait conquis son quatrième titre et une place de choix parmi les stars de la NBA; on commence à le reconnaître pour ce qu’il est réelleent, le meilleur, de tous les basketteurs, mais Magic n’eut guère le temps de s’endormir sur ses lauriers, le défi suivant était un défi historique, aucun champion NBA depuis 1969 n’a pu réitérer et son entraîneur le declara crânement, je vous garantis que l’an prochain on gagnera à nouveau, a ces mots, Magic étant aux commandes, les LAkers survoités foncèrent ans jamais se retourner, Du centre du terrain Magic fait une longue passe, comment l’a-t-il vu, menés par Johnson, les Lakers jouaient en état de grâce, et même les équipes les plus coriaces n’y pouvaient rien, avec les meilleurs chiffres, les Lakers se dirigeaient vers les finales, mais la route ne fut pas facile, le Jazz se battant jusqu’au bout, en finale de Conférence, Dallas tenta de mettre un terme au Magic show mais Johnson prit vite les choses en main.
Le Forum scandant son cri de ralliement, Magic fit ses adieux à un ami intime et s’apprêta à affronter un autre ennemi qui avait aussi des vues sur le titre NBA, je l’adore c’est mon ami, il n’y a rien de personnel, mais je veux battre L.A.
En 19 ans, aucune équipe n’avait gagné deux fous de suite, Magic ne laisserait pas même un ami lui barrer la route d’une victoire historique sur deux années conspecutives, Isiah et les Pistons montrèrent qu’ils n’avaient que faire des rêves de Johnson, Detroit remporta nettement le premiere match à Los Angeles, mais Magic s’appropria le second, Malgré une grippe et une solide fédense des Pistons, Johnson arracha la victoire et allant Detroit le natif de Lansing retrouva des fans bien connus et offrit un spectacle bien familier, en gagnant le troisième match, le général Magic redonna à Los Angeles l’avantage du terrain, et Detroit remporta le cinquième match pour mener 3 victoires à 2 avant e match au Forum, mais MAgic prouva cruellement que ce n’était pas l’année des Pistons, les Lakers gagnèrent un match qui fut éprouvant physiquement et psychologiquement.
C’était dur, mais la gagne compte plus que tout, l’amitié, on peut toujours être amis après la finale, la plaisanteries ttendraient encore un match, MAgic pénétra la défense tant redoutée des Pistons avec une précision diabolique, la prédiction faite avant la saison se réalisait, Magic put enfin se délecter de ce moment de gloire; en moins de 10 ans les Lakers avaient gagné 5 titres NBA, ils devenaient ainsi l’équipe des années 1980 et une véritable dynastie du sport, deux titres de suite et vous le savez.
A la fin des années 198p Magic était considéré comme le grand champion de son temps; Earvin Johnson a été la constante des années 1980, doctor J et Magic ont joué deux fois au tout début, LArry est venu au milieu des années 1980, puis Magic à nouveau deux fois en finale, Isiah a eu sa chance à la fin des années 1980, puis Jordan, c’est un peu comme si Magic avait invité tous ces gars deux fois en finale, c’est le seul régulier et je crois que cette réalité parle d’elle même.
C’est MAgic qui contrôle le match, au moment crucial, Johnson prend toujours la situation en main, il avait ainsi gagné tous les honneurs et relevé tous les défis qui peut offrir le basket, je remercie mes entraîneurs, tous mes anciens coéquipiers et je remercie également la personne qui m’a si bien expliqué comment jouer au basket, si tu m’écoutes, papa, je te remercie et je t’aime très fort, maman, merci à toi aussi, et pour terminer, je vous remercie tous de venir chaque soir, pour m’encourager.
Bien qu’il n’ait plus rien à prouver en entamant les années 1990, MAgic conserva un enthousiasme sans bornes qui avait sa réputation dès ses débuts à Lansing.
Il avait un rêve en tête et il n’a jamais laissé ce rêve s’evanouir, et grâce à sa passion dévorante du basket MAgic a marqué ce sport tout entier de son entrain irré´ressible; Magic, c’est un nom qui est unique, qu’il gagne un championnat ou qu’il illumine un terrain de jeu par son sourire, Magic est toujours prêt à faire le spectacle.
Je joue au basket pour gagner, pour m’amuser et rendre les gens heureux et si je peux réaliser ces trois choses, le but que je me suis fixé sera atteint.

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

::

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s