Shaquille O'Neal, La légende Shaq Attack @SHAQ,

Face A, Face B

.:.

On a martyrisé les panier de la NBA, un bourreau avec une gueule d’ange que est naturellement entrée au Hall of fame.
Un mètre quatre vingt dix huit à douze ans à ce moment là il est encore un peu tôt pour savoir si Shaque fera un grand basketteur, et à 17 ans il n’y a plus de doute, baby Shaq fait plus de deux mètres 10 et marche déjà sur les autres pivots du championnat universitaire; en 1989 a Louisiana State, la légende est en marche.
Lors de chaque année passée à LSU, il s’est amélioré, il ne voulait pas seulement être bon, il voulait être grand; avec le 1er choix de la draft NBA 1992, le Magic d’Orlando sélectionne Shaquille O’Neal, de LSU.
C’est du jamais vu depuis Wilt Chamberlain, le pivot aux 100 points lors de son premier match en NBA face au Heat de Miami, la domination de Shaquille O’neal se fait déjà ressenti, 12 points, 18 rebonds, 3 contres, très vite Shaque prend ses marques, il fait de la raquette son terrain de jeu favori, avec comme petit plaisir casser des pagnes.
À l’issie de sa première saison ces statistiques sont impressionnantes, 23 points, 14 rebonds et 3 contres et demi de moyanne par match, le titre de Rookie of the year est presque une maigre récompense, cette énergie et cette joie de vivre communicative, Shaque la doit à son éducation, une maman pour qui chérit son gris bébé et un père adoptif, un sergent de l’armée qui son fils vers le sommet.
Mon 1 er remmerciement va à ma merveilleuse maman Lucille O’Neal; tout a comencé pour nou dans New Jersey, tu étais une mère célibataire, mon 1er souvenir, cest une dispute entre toi et un chauffeur de bus, qui refusait de croire qu’un enfant de 2 ans puisse être aussi grand.
Mon père, le Serget Phillip Harrison, était un adepte de la discipline, il était sévère mais juste, il fut mon 1er exemple d’un leader affectif, lorsque je n’écoutais pas je faisais connaissance avec son alter ego, affectuesement surnommé, La ceinture, c’était un étudiant du jeu, c’est grâce à lui que j’ai découvert et appris à aimer le basket ball.
Cet amour du basket, Shaque le répand tout autor de lui bien au delà des fans du Magic, il séduit tout le monde, même ses adversaires qui ont pourtant beaucoup souffert.
Il avait une telle passion et un tel enthousiasme poru le jeu, sa combinaison de taille, de puissance et de mobilité était totalement inédite; il était gigantesque, il était menacant et il attaquait littéralement le cercle.
Alonzo Mourning, David Robinson, Chants Bradley ou encore Georges Meyer, la liste des victimes est longue, pourtant O’Neal n’est pas qu’un arracheur de cercle.
Pour son rapport taille quoi puissance, il possède des appuis hors norme et des mains loin d’être mauvaise, comme il dit dans un de ses morceaux de rap, I know I’ve got skills, Shaquille O’Neal a plus d’un tour dans son sac, talentueux sur le parquet, il est aussi en dehors, musique, cinéma, Shaquille O’Neal se révèle être un artiste, en 1994 il incarne à Merveille un jeune basketteur talentueux dans blue chips; l’un de ses dix sept long métrages que compte sa filmographie.
Self made man, Shaque es une success story à l’américaine, pourtant ce qu’il y a de plus précieux à ses yeux lui échappe le titre NBA.
En 1995 malgré une saison à 29 points et 11 rebonds de moyenne O’neill et son Magic se font sous IP par les Roquettes d’Hakimullah Zhu 1 en finale un an après en 1996, il prend la décision, la plus important de sa carrière; difficile d’arriver sur la pointe des pieds lorsque l’on chausse du 58 les faits chaque année, il n’est pas immédiat, mais lors de sa quatrième saison en 1999 un certain Phil Jackson prend les rênes de l’équipe, est un jeine prodige est clos il s’appelle Kobe Bryant.
De lors, les Lakers se transforme en un véritable rouleau compresseur et qui de mieux pour l’incarner que son pivot 240 kg.
Plus j’affronte de gars, plus je deviens fort, et plus je suis for, plus je suis inarrêtable, effectivement en 2000 O’neal est inarrêtable, il est élu comme MVP du All Star game, MVP de la saison régulière, MVP des finales NBA qu’il remporte face à Indiana, en compolant 38 points et 17 rebonds de moyenne, Shaque.
En 2001 et 2002 c’est la même punition collective pour toute la NBA, les Lon Angeles Lakers réaliste un triplé de son côte le chat continue de tout écraser, avec une pointe d’insolence.
Est ce que j’ai travaillé dur à l’entraînement, Non, jamais, mais je vais vous dire pourquoi, le gars contre qui je jouais étaient tous moins bons que moi, donc pour prouver leur valeur en tant que jouers NBA ils devaient me mettre des coups, ma philosophie, c’etait de ne pas me faire cogner deux fois, je n’allais pas prendre des coups à l’entraînement et en match, je me reposais à l’entraînement, et je donnais tout lors des matchs.
Mais cette philosophie s’avère incompatible avec l’autre leader de la franchise, Kobe Bryant est un bourreau de travail, il vit, mange, dort basket et rejette toute forme de laisser aller, dès lors ces deux égos surdimensionnés ne peuvent plus cohabiter dans le même vestiaire, même après avoir gagné ensemble trois titres NBA.
Koby Bryant, le gars qui m’a poussé pour gagner 3 titres NBA d’affilée, mais aussi celui qui m’a poussé hors de l’équipe et obtenu mon échange à Miami.
Shaque quitte LA en 2004, ce n’est pas un retour au Bercail mais pas loin, le Shaq retourne en Floride, à Orlando, il évolué aux côtés d’un arrière élegant Penny Hardaway à Miami, c’est un arrière virevoltant qui va l’épauler Dwyane Wade.
D Wade a été génial, je lui ai dit, Je suis vieux, je suis fatigué, c’est ton équipe, Dwyane; le 1er chose qu’on a faite ensemble c’est aller au restaurant, je lui ai expliqué tout ce qui s’était passé avec Kobe, et je lui ai dit, Je te le racnte car rien de tout ca ne pourra arriver entre nous.
Pas de guerre de salaire ou de stats, un seuk objectif commun, remporter le titre; en 2006 dès sa deuxième saison au Heat, Shaquille O’Neal rentrer encore un peu plus dans l’histoire en décrochant son quatrième titre NBA.
T’as vu cette foulée, On aurait dit Usain Bolt.
Shaque aussi de sens de l’autodérision, évidemment qu’à un moment, il n’a plus ses jambes de 20 ans à Phoenix il hérite d’un énième surnom, Big cactus, pourtant il ne reste pas planter longtemps en Arizona, O’Neal a plus rien à prouver mais veut aider en 2009 à Cleveland il veut offrir un premier titre à Lebron James et lui echoue en demi finale de conférence face aux Celtics, c’est d’ailleurs à Boston qu’il claque ces derniers dunks et achève une carrière à son image gigantesque.
7e meilleur marqueur de tous les temps avec 28600 points, ajoutez à celà 1300 rebond, 2700 compte, 15 sélections All Star, il est un grand aux côte des grands.
Les au revoir sont universels norml pour une star planétaire.
::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

::

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s