Magic Johnson, toujours showtime, 3,

Face A, Face B

.:.

A Inglewood, en Californie, une foule compacte va assister à la bataille pour le titre de champion du monde de basket professionnel; pour un joueur à peine sorti de l’adolescence, les finales de la NBA pouvait être, un spectacle intimidant avec deux grandes équipes et deux stars du basket, il semblait improbable qu’on s’intéresse à un débutant, mais Magic Johnson était prêt, insensible à la pression, le meneur des Lakers joua comme il l’avait fait toute la saison en galvanisant son équipe de chaque côté du terrain, ma{ître de l’attaque des Lakers, Johnson fit preuve d’une puissance inégalable, harcelant Philadelphie à chaque tir.
On devait se battre pour marquer sans arrêt, un bras roulé d’un côte, de l’autre, le soir, j’en ai même rêvé, des bras roulés, la peur du bras roulé, au 5ème match, Johnson et Jabbar semblaient sur le point de distancer les Sixers, mais un caprice du destin, bouleversa toutes les données du jeu, Kareem se retourne tire et marque mais il est blessé à la cheville, je doute que Kareem puisse continuer à jouer.
Qund il s’est tordu la cheville, je n’ai as perdu tout espoir, mais je n’y croyais plus guère, les Lakers allaient devoir jouer sans leur arme maîtresse, on peut lire l’inquiétude de Magic sur son visage, et désormais la responsabilité de l’attaque retombait directement sur Magic, dispitant un match charnière les Lakers se rassemblèrent derrière Johnson, Magic avait contenu l’assaut jusqu’au retour de Kareem, ajustant rapidement son jeu, cette belle victoire donna l’avantae aux Lakers 3 victoires à 2, mais cette joie fut tempérée par l’idée presque impensable d’affronter les Sixers sans capitaine.
On disait qu’il ne jouerait pas, qu’il devait se reposer, je pensais que c’était destiné aux médias et que Kareem allait jouer avec nous, mais il n’en fut rien, le meilleur joueur de la Ligue ne se rendit pas à Philadelphie, sans cette pièce maîtresse il semblait impossible de les battre, tous pensaient que le 7ème match à domicile serait le dernier, sauf Magic, il combait de nouveau à Magic de rassembler les forces vives ou moment opportun.
J’ai voyagé à la place de Kareem et j’ai dit aux gars dans l’avion, demande leur, n’ayez crainte le numéro 32 est là; vous voyez ici la foule du Spectrum de Philadelphie, c’est le 6ème match entre Sixers et Lakers, Magic arriva au rond central pour defendre ses couleurs, un jeune homme de nom Magic Johnson jouera pivot, de voir Magic face a Caldwell Jones, j’ai presque éclaté de rire en me demandant ce que pensaoient les Sixers, le titre étant en jeu, les Lakers misaient tout sur le nouveau venu, beaucoup auraient succombé sous ce lourd fardeau, mais Magic, épanoui, destabilisa peu à peu les Sixers, avec ses passes, et ses paniers spectaculaires, il était partout, au centre, sur les ailles, il marqué 42 points, obtenu 15 rebonds, et s’il ne tirait pas, il faisait marquer Wilkes, Magic dominait le jeu, il était devenu, un force incontrôlable.
Je réussissais chaque tir, chaque rebond, j’avais toujours rêvé de ce moment là et arrivait enfin, Magic donne à Wilkes, une passe magnifique, Magic est déchaìné, Quelle passe, Cooper marque, on a essayé tous les joueurs possibles contre lui, ce gars avait quoui, 20 ans, le jeune pro passe au centre.
Magic et les Lakers accedaient à la gloîre, voilà, c’est fini, et le meilleur joueur est Magic Johnson, il a joué au centre a l’alle, en meneur et a mené les Lakers au titre de champions du monde, Magic avait remporté le championnat et entrait dans les annales du basket ball, la performance de Magic Johnson ce soir là fut braiment exceptionnelle, il aurait du rester amateur, on aurait gagné le championnat, jusqu’ici, c’est le meilleur match que j’ai jou’e en NBA, ca le restera sûrement.
Magic était désprmais abonné aux titres de champion, en quatre ans il avait remporté des titres a trois niveaux différents, le monde du basket se demandait ce qu’il pouvait faire de plus, continuer à gagner, je joue pour gagner, c’est tout, Magic gagnera un autre titre deux and plus tard, fin 1982, il possédait deux titres de champion, deux titres de Meilleur Joueur de la finale, et une armée de fans, Magic changeait la NBA et le faisait dans son style généreux.
Ce qu’il apporté à l’équipe, il simplement contri ué à faire de chacun un meilleur basketteur et il l’a fait dans un bon esprit, félicitations, quel a été le role de Bon Mc Addo, Pour nous, c’est une nouvelle arme offensive, il peut tout faire courir, contrer des tirs, c’est vraiment un atout majeur, je suis content qu’il joue avec nous.
LA fête continue dans les vestiaires des Lakers; ces victoires firent des Lakers, la coqueluche du pays et Magic son nouveau héros, cette veritable superstar était assaillie par les médias, son style et son sourire seduisants firent parler de lui dans tout le pays, un nombres record de fans affluait de partout pour voir le joueur le plus prise du basket et son spectable fascinant à Los Angeles les fideles etaient habités par l’hysterie Magic, l’équipe elle même semblaiy personnifier se vedette intouchable, un équipe imprévisible, incontrolable et parfois incroyable.
J’ouvre les yeux, je montre, je me demande ce que je vais faire, et là, je me lance, et ca me réussit dans les contre attaques on foncait tête baissée, on cherchait toujours une ouverture, car on savait qu’une fois démarqué, Magic nous servirait, c’est un aimnt qui attire tous les autres, il vous stimule, si on y va on a une chance marquer.
Magic a décimé toute la Ligue en y prenant plaisir, il n’existera pas d’utre defenseur de 2 mètres 04 qui puissie vous sourire en vous humiliant; leur generak menant la charge, les Lakers portaient des attaques dévastatrices, les fans étaient en admiration devant ce basket magique.

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

::

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s